Fostering Adult Education: A Laboratory Experiment on the Efficient Use of Loans, Grants, and Saving Incentives

Sommaire

En 2002, le Programme canadien de prêts aux étudiants a engagé la Société de recherche sociale appliquée (SRSA) pour qu’elle mène une étude économique visant à contribuer à l’élaboration des politiques liées à l’aide financière versée aux étudiants. Ce document de travail examine les données recueillies entre mai 2002 et mars 2003 auprès de près de 900 participants dans 13 municipalités. L’analyse révèle que les décisions personnelles relatives à l’éducation sont influencées par une aversion pour les prêts, pour les pertes monétaires et pour les dettes, et l’attitude face à l’endettement. Toutefois, rien ne prouve que la crainte de l’échec y joue un rôle. Globalement, et de façon non surprenante, les participants ont choisi des bourses et des bourses de contrepartie plutôt que des prêts. L’offre d’un soutien financier pour des études à temps partiel a augmenté le nombre de participants âgés de 25 ans et plus qui ont choisi d’accroître leur éducation mais n’a en rien changé les choix des participants plus jeunes. Cependant, des éléments probants indiquent que les personnes plus jeunes qui prennent part aux séances d’information sur le marché du travail sont plus enclines à faire des choix impliquant la poursuite de leurs études.