Projet d’autosuffisance – The Effects of Human Capital and Earnings Supplements on Income Assistance Dependence in Canada

Sommaire

Ce document de travail utilise les données de l’étude sur les requérantes du Projet d’autosuffisance (PAS) pour analyser les effets du niveau de scolarité, de l’expérience de travail, de la formation professionnelle et des suppléments de revenu sur le recours à l’aide sociale. Le principal objectif de l’analyse empirique est d’estimer les effets de ces facteurs sur le taux d’abandon de l’aide sociale et sur celui de réentrée. Ce document de travail suggère que, contrairement à la sagesse populaire, l’éducation formelle n’a pas d’effet de causalité significatif sur le recours à l’aide sociale. Le document constate également un perfectionnement scolaire substantiel de la part des parents seuls prestataires d’aide sociale. Des études supérieures formelles n’entraînent pas une diminution du recours à l’aide sociale. Le document de travail montre plutôt que des caractéristiques favorables non observées — comme l’aptitude au marché du travail, la motivation et les préférences — entraînent chez certains clients de l’aide sociale à la fois un niveau d’études plus élevé et des périodes de recours à l’aide sociale plus courtes et moins fréquentes. Par conséquent, le document de travail conclut qu’une politique visant à hausser le niveau de scolarité des anciens prestataires d’aide sociale pourrait n’avoir que des effets limités sur le recours à l’aide sociale.