Défis du système de revenu de retraite du Canada

Durée: avril 2010 - juin 2011
Promoteur: Ressources humaines et Développement des compétences Canada

img_ris_banner.jpgAu cours des prochaines décennies, le vieillissement de la population canadienne aura des répercussions importantes sur l’élaboration des politiques publiques, notamment celles qui concernent la sécurité financière des aînés et l’adéquation des revenus de retraite. La capacité et la solidité financières des Canadiens préoccupent de plus en plus les responsables politiques d’un bout à l’autre du pays. C’est pourquoi en juin 2010, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux des Finances se sont engagés à collaborer afin de renforcer les moyens d’action à trois égards : trouver des mesures innovatrices pour améliorer le système privé de pension; accroître la littératie financière des Canadiens; et bonifier le Régime de pensions du Canada.

Le cadre des régimes de pension agréés collectifs (RPAC) à cotisation déterminée, annoncé en décembre 2010, avait pour but d’enrichir l’éventail des possibilités d’épargne-retraite qui s’offrent aux Canadiens, particulièrement à ceux qui ne profitent pas d’un régime de pension d’employeur. Dans son budget déposé en mars 2011, le gouvernement du Québec a exprimé son intention de lancer un régime semblable, soit le régime volontaire d’épargne-retraite (RVÉR).

Dans son rapport publié en février 2011, le Groupe de travail sur la littératie financière formule conseils et recommandations sur une stratégie nationale visant à renforcer la littératie financière des Canadiens et recommande d’examiner le lien entre cette dernière et la planification en vue de la retraite. L’une des recommandations du Groupe de travail consiste à échafauder des solutions axées sur Internet pour rejoindre tous les Canadiens à travers tout le pays et les aider à se retrouver dans le dédale des renseignements actuellement à leur disposition.

Dans les années qui viennent, la stabilité financière des personnes à la retraite sera de moins en moins la responsabilité de l’État et des employeurs et de plus en plus celle des personnes elles-mêmes. Il s’avère donc particulièrement important d’examiner si les Canadiennes et Canadiens sont bien préparés à prendre des décisions éclairées en matière de choix d’épargne pour la retraite. La SRSA a récemment terminé trois études qui dégagent d’intéressantes leçons visant à aider les responsables de l’élaboration de politiques pour s’attaquer aux défis qui guettent le système de revenu de retraite canadien. Le programme de recherche de la SRSA a été conçu de façon à mieux comprendre la façon dont les Canadiens et les Canadiennes prennent leurs décisions en matière d’épargne-retraite et à trouver des moyens d’améliorer la prise de décisions quant à la planification de la retraite.

Dans Understanding Gender Differences in Retirement Saving Decisions, Frances Woolley de l’Université Carleton et Taylor Shek-wai Hui et Carole Vincent de la SRSA analysent comment les décisions en matière d’épargne sont influencées par la dynamique entre les sexes dans les ménages canadiens. S’appuyant sur les données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2009, l’étude révèle que les stratégies de gestion financière des couples se répercutent grandement sur la solidité financière des familles. La responsabilité de la gestion financière assumée par l’homme est associée à une plus grande probabilité de détenir des actifs ainsi que des montants d’actifs plus élevés en comparaison de la probabilité de détenir de tels actifs pour les couples où la responsabilité est partagée entre les conjoints. En revanche, la responsabilité de la gestion financière assumée par la femme est associée à une plus grande probabilité de détenir des créances et une probabilité nettement inférieure d’avoir des actifs supérieurs au passif. Les trois auteurs concluent que les décideurs doivent tenir compte de la dynamique des rapports hommes–femmes dans l’élaboration de politiques publiques relatives à l’épargne pour la retraite.

Lire le rapport (en anglais seulement).

Lire L’autonomie économique des femmes et les décisions d’épargne en vue de la retraite.

Consulter la présentation des conclusions (en anglais seulement) lors des rencontres de l’Association canadienne d’économique en juin 2011.

Simplified Enrolment in Retirement Savings Plans, par Boris Palameta, Carole Vincent et Jean Pierre Voyer, examine la faisabilité d’évaluer l’efficacité de projets pilotes visant à simplifier les modalités d’adhésion des employés aux régimes de pension d’employeur. À partir de nombreux éléments probants empiriques qui suggèrent que les faibles taux d’épargne découlent, du moins en partie, de la façon dont les options d’épargne sont présentées, cette étude propose différentes structures de régimes de pension qui favorisent l’adhésion et facilitent la prise de décision en changeant la façon dont les règles d’adhésion aux régimes sont expliquées aux employés admissibles. Elle décrit la mise en œuvre d’une expérience randomisée sur le terrain visant à évaluer rigoureusement l’efficacité de deux projets — le premier, qui allie des modalités d’adhésion simplifiées à un taux de cotisation et un portefeuille de placement prédéterminés, et le second, qui demande aux employés admissibles de prendre une décision délibérée quant au taux de cotisation. Les résultats de cette expérience s’avéreraient extrêmement utiles pour tous les gouvernements ainsi que les employeurs et les fournisseurs de services qui envisagent d’offrir un régime de pension dans le cadre des régimes de pension agréés collectifs (RPAC) lorsque ceux-ci seront mis en œuvre.

Lire le rapport (en anglais seulement).

Consulter la présentation des conclusions (en anglais seulement) lors des rencontres de l’Association canadienne d’économique en juin 2011.

Using Web Tools to Help Canadians Better Prepare for Retirement, par Shawn de Raaf et Carole Vincent, s’appuie sur de nombreuses études au sujet de l’état de la capacité financière actuelle au Canada et à l’étranger et met de l’avant des interventions possibles visant à offrir des outils sur le Web pouvant aider les Canadiens à utiliser plus efficacement les renseignements qui sont déjà à leur portée, dans le but ultime de leur permettre de prendre de meilleures décisions sur le plan financier. En s’appuyant sur une évaluation approfondie d’un outil d’éducation financière Web, l’expérience proposée dans l’étude nous permettrait de mieux comprendre le rôle que les technologies Internet peuvent jouer pour aider les Canadiens à atteindre leurs objectifs d’épargne-retraite. Compte tenu des ressources publiques et privées considérables actuellement consacrées au développement de tels outils, l’expérience tirerait de précieux enseignements sur la conception et l’exécution de politiques et de programmes futurs sur le Web visant à améliorer la capacité financière des Canadiens.

Lire le rapport (en anglais seulement).