Un nouveau rapport présente un programme viable visant à soutenir les collectivités vulnérables et les travailleurs sans-emploi

24 novembre 2008
CEIP Finalrpt Cover FR

Selon les résultats probants révélés dans un nouveau rapport de recherche publié par la Société de recherche sociale appliquée (SRSA), les gouvernements peuvent procurer des avantages durables aux collectivités vulnérables et contribuer à améliorer le sort des chômeurs en renforçant la capacité des organismes bénévoles dans ces collectivités.

Le Projet d’innovation en emploi communautaire (PIEC) a été lancé comme projet de démonstration visant à mettre à l’essai une stratégie de réemploi active à l’intention de chômeurs qui acceptaient de travailler volontairement à des projets communautaires mis sur pied localement dans des régions aux prises avec un chômage chronique. Le PIEC offrait un salaire aux participants qui renonçaient à leurs prestations d’assurance-emploi ou à l’aide sociale à condition qu’ils travaillent au sein de projets communautaires pour une période maximale de trois ans. Ils se prévalaient ainsi d’une période considérable de revenu stable et de l’occasion d’acquérir de l’expérience de travail et de nouvelles compétences, tout en élargissant leur réseau de contacts.

En outre, le projet fournissait aux collectivités une main-d’œuvre subventionnée qu’elles pouvaient utiliser de façon productive afin de combler les besoins locaux. Il incombait aux collectivités de créer des organismes décisionnaires et de mobiliser des parraineurs qui développeraient des projets correspondant à ces besoins.

Ce rapport — Encourager le travail et soutenir les collectivités : Résultats finals du Projet d’innovation en emploi communautaire — propose une analyse exhaustive des effets du PIEC sur les collectivités qui ont élaboré les projets et sur les chômeurs qui y ont pris part.

Les résultats démontrent que le modèle du PIEC a réussi à encourager la cohésion locale, le développement du capital social et les activités reliées à l’inclusion sociale dans les collectivités participantes. Les groupes desservis par les projets ont profité de retombées communautaires positives significatives, en particulier les jeunes, les personnes âgées et les familles à faible revenu. Autre résultat intéressant, les participants aux projets communautaires avaient tendance à effectuer davantage de bénévolat encadré pendant et après le projet. « C’est important pour les individus et pour les collectivités, car les organismes locaux tirent alors partie de ressources indispensables, et pour les bénévoles, il s’agit d’un autre lien à l’emploi et à la collectivité, ce qui favorise une inclusion sociale accrue », a expliqué David Gyarmati, directeur de recherche de la SRSA, responsable du projet.

Tout au long du projet, les participants ont constaté une amélioration marquée de l’emploi, des revenus, du bien-être et du revenu du ménage, ainsi qu’une réduction de la pauvreté. Bien que les effets sur les taux d’emploi n’aient pas persisté une fois le projet terminé, l’expérience dont ont bénéficié les participants grâce au PIEC a entraîné une amélioration de leurs réseaux professionnel et social, de leurs compétences et de leurs attitudes à l’égard du travail. Un des résultats positifs notables a permis de conclure que la réception de prestations d’aide sociale parmi les participants qui étaient auparavant des assistés sociaux, avait diminué de façon soutenue longtemps après la fin du projet.

Somme toute, les résultats indiquent qu’un programme d’emploi inspiré du PIEC pourrait s’avérer rentable, engendrant près de 1,40 $ en avantages nets pour les individus et pour les collectivités pour chaque dollar dépensé par le gouvernement.

« Le modèle du PIEC représente un mécanisme d’intervention politique prometteur qui peut être utilisé en complément aux systèmes d’assurance-emploi et d’aide sociale. La recherche signale que cette approche pourrait permettre de soutenir de façon viable les individus qui font face à des situations de chômage à long terme dans des collectivités où les emplois sont rares », a précisé Jean-Pierre Voyer, directeur exécutif de la SRSA.

Le PIEC a été mis en œuvre dans la municipalité régionale du Cap-Breton (MRCB) en Nouvelle-Écosse. Il a été conçu par Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC) et financé conjointement par ce dernier et par le ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse. Il a été administré par la SRSA, organisme de recherche en politique sociale sans but lucratif se spécialisant dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de projets de démonstration de grande envergure et à long terme.

Pour des renseignements sur le PIEC
David Gyarmati, directeur de la recherche, SRSA
613-237-5298 / dgyarmati@srdc.org

Jean-Pierre Voyer, directeur exécutif, SRSA
613-237-3169 / jpvoyer@srdc.org 

Pour tout autre renseignement
Christopher Mallory, gestionnaire de la production des publications, SRSA
613-789-9695 / cmallory@srdc.org