Résultats provisoires d’une étude importante montrent que l’emploi communautaire peut améliorer les compétences et le capital social

16 novembre 2007
CEIP 40 Report Cover FR

Est-ce que l’emploi communautaire peut aider les chômeurs à développer leurs compétences et leur capital social? Un rapport d’envergure publié aujourd’hui par la Société de recherche sociale appliquée (SRSA) présente des résultats prometteurs à cette question. "L’amélioration des compétences, des réseaux et des moyens de subsistance grâce à l’emploi communautaire : Les impacts du Projet d’innovation en emploi communautaire sur une période de trois ans" présente les résultats provisoires du Projet d’innovation en emploi communautaire (PIEC), qui vise à favoriser l’employabilité à plus long terme de ses participants ainsi que le développement communautaire local dans les régions aux prises avec un chômage élevé chronique.

En renonçant à leur droit à des prestations d’assurance-emploi (a.-e.) ou d’aide sociale, les participants du PIEC se voyaient offrir un emploi au sein de projets communautaires pendant un maximum de trois ans. Ils profitaient alors d’un revenu stable pendant une longue période et avaient la possibilité d’acquérir de l’expérience, de nouvelles compétences et de développer leur réseau de contacts. Grâce à sa conception, le PIEC mettait l’accent sur le rôle déterminant des collectivités, qui étaient responsables de cerner et d’établir l’ordre de priorité de leurs exigences locales puis d’élaborer des projets qui permettraient aux travailleurs du PIEC d’y satisfaire.

L'amélioration des compétences, des réseaux et des moyens de subsistance grâce à l'emploi communautaire : Les impacts du Projet d'innovation en emploi communautaire sur une période de trois ans, dont les résultats sont basés sur des données recueillies 40 mois après le recrutement des participants, démontre que le PIEC a entraîné des taux d’emploi à temps plein considérablement plus élevés, a accru les gains et a réduit le recours aux prestations d’a.-e. et d’aide sociale, et ce, pendant les trois années d’admissibilité au programme. Les participants ont aussi signalé un bien-être amélioré, dont la baisse de la gravité et de l’ampleur de la pauvreté et des difficultés, et la hausse de la satisfaction à l’égard de la vie. Parallèlement, le PIEC a augmenté significativement le capital social des participants de façon à jeter une passerelle vers un emploi futur. Les effets du programme sur les compétences polyvalentes se sont aussi avérés considérables, résultant en une main-d’œuvre potentiellement plus apte au travail. 

Pour plus de renseignements, veuillez contacter David Gyarmati, directeur de projet.