Ne manquez pas ces sessions et présentations de la SRSA à la conférence annuelle de l'Association canadienne d'économique (ACÉ) et à la conférence du Canadian Labour Economics Forum (CLEF)

31 mai 2016

CLEF - 2 juin 2016, 13h30 - 15h00 | Université d'Ottawa

Manitoba au travail : évaluer l'efficacité d'un nouveau programme de perfectionnement de la main-d'œuvre destiné aux clients de l'aide sociale confrontés à de multiples obstacles
Ce rapport présente des données probantes expérimentales préliminaires sur l'efficacité de Manitoba au travail, un programme novateur de perfectionnement de la main-d'œuvre. Manitoba au travail est un modèle hybride qui combine les éléments les plus prometteurs des modèles du « travail d'abord » et du « développement du capital humain » avec une nouvelle approche motivée par la demande dans laquelle les prestataires de services travaillent en étroite collaboration avec les employeurs pour comprendre leurs besoins et préparer les chercheurs d'emploi à répondre à ces besoins. Le programme est destiné aux personnes qui reçoivent de l'aide sociale et sont confrontées à de multiples obstacles à l'emploi, notamment les jeunes de la rue, les chercheurs d'emploi autochtones et les hommes qui vivent seuls. L'évaluation utilise une méthodologie d'essai contrôlé randomisé et suit la mesure dans laquelle les groupes programme et témoin ont recours à l'aide sociale grâce à des données administratives provinciales.

Auteurs/présentateurs : Karen Myers (SRSA) et Max Palamar (SRSA)
Co-auteur : Mark McKerrow (SRSA)

ACÉ - 3 juin 2016, 14h00 - 15h30 | Université d'Ottawa

SRSA-ACFC : Le rôle de la confiance et des compétences dans la prise de décisions des Canadiens en matière de finances

Le rôle de la confiance et des connaissances financières dans la préparation à la retraite des aînés canadiens
Des données récentes suggèrent que de nombreux aînés pourraient avoir du mal à gérer leurs finances. Lors d’évaluations de la capacité financière, les aînés canadiens, y compris ceux qui estimaient avoir de bonnes aptitudes en la matière, ont obtenu de mauvais résultats quant aux mesures objectives de leurs connaissances. Cet écart entre la perception et la réalité pourrait avoir de lourdes conséquences sur la prise de décisions financières, en particulier pour ceux qui arrivent à la retraite. Cette recherche analyse les résultats de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF) de 2014 dans le but de comprendre les caractéristiques des aînés canadiens excessivement confiants quant à leurs connaissances financières, les défis et les circonstances qui attendent ces aînés, ainsi que les liens entre ces facteurs et le comportement financier, les résultats financiers et la préparation à la retraite.

Auteure/présentatrice : Cam Nguyen (SRSA)
Co-auteurs : Taylor Shek-wai Hui (SRSA), Boris Palameta (SRSA) et David Gyarmati (SRSA)

Le lien entre confiance en soi et résultats financiers chez les Canadiens en âge de travailler possédant divers degrés de connaissances financières
Bien que la connaissance de base des concepts financiers échappe à nombre de Canadiens, de plus en plus de données suggèrent que les interventions ciblant uniquement les connaissances financières ont des répercussions minimes et que les résultats financiers sont aussi fréquemment influencés par des facteurs psychologiques et comportementaux. À titre d’exemple, chez les personnes détenant un degré relativement élevé de connaissances financières (selon des mesures objectives), une piètre confiance envers les capacités personnelles à obtenir de bons résultats financiers peut être un facteur conduisant à des pratiques inadéquates. Même les personnes qui possèdent les connaissances financières requises peuvent prendre de mauvaises décisions sous l’influence de biais cognitifs et de problèmes de maîtrise de soi. À l’opposé, une solide confiance en soi peut être indicatrice de bonnes pratiques financières. Toutefois, la documentation scientifique indique que de mauvais résultats peuvent survenir lorsqu’une confiance trop élevée est combinée à un faible degré de connaissances financières. Ce projet se fonde sur des données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF) de 2014 pour étudier dans quelle mesure les résultats financiers des Canadiens en âge de travailler dépendent de la confiance en soi (c.-à-d. la perception qu’ont les répondants de leurs propres capacités financières), à divers degrés de connaissances financières mesurés objectivement.

Auteur/présentateur : David Gyarmati (SRSA)
Co-auteurs : Boris Palameta (SRSA), Cam Nguyen (SRSA) et Taylor Shek-wai Hui (SRSA)

ACÉ - 3 juin 2016, 16h00 - 17h30 | Université d'Ottawa

SRSA : Élaborer des politiques efficaces fondées sur des données probantes au gouvernement fédéral

Le nouveau gouvernement libéral s'est engagé à appuyer ses politiques sur des faits et des données probantes montrant les approches efficaces. Il propose de renforcer la culture des mesures, de l'évaluation et de l'innovation dans la conception et la prestation des politiques et programmes. Un engagement tout particulier a été pris d'allouer un pourcentage fixe des fonds des programmes à l'expérimentation de nouvelles approches visant à résoudre les problèmes et à mesurer les effets de leurs programmes. De plus, le gouvernement souhaite améliorer la qualité et l'accessibilité des données qu'il produit.

Les panélistes discuteront de la façon dont la fonction publique fédérale met déjà en place des initiatives visant à soutenir l'objectif du gouvernement d'implanter plus de politiques fondées sur des données probantes et plus de programmes efficaces au sein du gouvernement fédéral.

Président : Benoit Robidoux, sous-ministre délégué, Emploi et Développement social Canada
Panélistes : Sylvie Michaud (Statistique Canada), Elizabeth Hardy (Bureau du Conseil privé), Tolga Yalkin (Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada), Yves Gingras (Emploi et Développement social Canada) et Jean-Pierre Voyer (SRSA)

ACÉ - 4 juin 2016, 14h00 - 15h30 | Université d'Ottawa

EPRI I : Améliorer les résultats des élèves du primaire et du secondaire

L’art de « pousser gentiment ». Convaincre tous les élèves du secondaire de présenter une demande d’admission et d’aide financière en vue d’études postsecondaires : les derniers résultats d’études à répartition aléatoire en Ontario
L’économie comportementale offre de nombreuses pistes sur les meilleures façons de « pousser gentiment » les jeunes à investir dans leurs propres compétences. Ce rapport présente les résultats d’essais expérimentaux dérivés d’un programme intitulé « La vie après le secondaire ». Dans le cadre de ce programme, les élèves de 12e année profitaient de périodes réservées en classe pour s’informer, sur Internet, de leur admissibilité aux programmes d’études postsecondaires et à l’aide financière, et étaient encouragés à présenter des demandes, peu importe leurs intentions pour l’année suivante. Le projet comportait des études à répartition aléatoire rigoureuses menées dans 86 écoles secondaires en Ontario pendant les années scolaires 2011-12 et 2013-14. La première de ces « poussées » à présenter des demandes augmentait considérablement les chances que les élèves terminent leur secondaire en ayant été acceptés dans un programme postsecondaire et qu’ils s’y inscrivent par la suite. L’étude la plus récente attribuait aléatoirement cinq modèles de prestation différents aux écoles participantes. Ces modèles variaient en fonction de la présence d’animateurs de séances venus de l’extérieur, du soutien complémentaire aux TI et de la dispense des frais de demande d'admission. Les résultats obtenus par les différents modèles dans les écoles témoins ont été comparés entre cohortes successives d’élèves de 12e année, en se fondant sur des dossiers intégrés d’études secondaires/postsecondaires. Le rapport présente les conclusions de la dernière étude et l’éclairage qu’elles jettent sur les mécanismes qui influencent le comportement des élèves, de même que les implications de ces mécanismes pour la prestation du programme à l’avenir.

Auteur/présentateur : Reuben Ford (SRSA)
Co-auteurs : Philip Oreopoulos (Université de Toronto), Taylor Shek-wai Hui (SRSA) et
Isaac Kwakye (SRSA)