Découvrir les approches efficaces — Octobre 2017

12 octobre 2017

Nouveaux rapports

Renforcer les Fondations des compétences essentielles des chercheurs d’emploi

Le projet sur les compétences en milieu de travail Fondations, une initiative de trois ans menée par le Groupe de formation (Training Group) du Douglas College, a révélé que la littératie et la formation en compétences essentielles peuvent entraîner des avantages importants – comme des salaires plus élevés et des compétences professionnelles pertinentes – pour les chercheurs d'emploi au chômage. La SRSA a utilisé une méthodologie d'essai contrôlé randomisé pour évaluer les impacts du programme; c’est la première évaluation d'un modèle de programme visant spécifiquement le développement des compétences essentielles chez les chômeurs.

Fondations est un modèle de formation en plusieurs étapes qui intègre l'évaluation des compétences essentielles et leur mise à niveau dans les services de développement de carrière. Les participants créent un inventaire de leurs propres compétences tout en recherchant les besoins en compétences de leurs professions ciblées. Ils développent et suivent ensuite des plans de formation individuels pour combler l'écart entre leurs compétences et celles requises dans l’emploi ciblé. La méthodologie d'évaluation a permis de comparer directement des résultats pour les participants au programme par rapport à un groupe témoin ayant accès à tous les autres services existants pour les chercheurs d'emploi.

La « Fondation » du programme vise à développer les compétences essentielles des participants. En effet, l'étude a révélé que les scores des participants en numératie, en utilisation de documents et en lecture avaient considérablement augmenté à la fin du programme de 12 semaines. Les participants étaient également plus susceptibles que le groupe témoin d'utiliser ces compétences dans les activités quotidiennes un an plus tard. De même, Fondations a eu un impact positif sur l'adaptabilité professionnelle et la propension à s'engager dans d'autres formations liées à la carrière.

Les participants de Fondations et ceux du groupe témoin étaient également susceptibles d'être employés pendant les 12 mois couverts par l'étude. Cependant, les participants du programme étaient plus susceptibles d'occuper des emplois à rémunération élevée, d'occuper des emplois hautement qualifiés et d'être satisfaits ou très satisfaits de leur travail. Ils étaient également moins susceptibles d'être surqualifiés dans leur emploi, selon leurs diplômes d’études.

Les analyses par sous-groupes ont indiqué que les résultats dépendaient dans une certaine mesure des caractéristiques des participants. Par exemple, les impacts du programme sur les salaires et le niveau de compétences professionnelles ont été particulièrement forts pour les immigrants récents hautement qualifiés. Parmi les Canadiens de naissance, ceux qui ont un niveau d'éducation inférieur ont bénéficié du programme en termes d'utilisation des compétences, d'adaptabilité professionnelle et de formation subséquente.

Des études antérieures avaient trouvé des corrélations entre les compétences supérieures en littératie et les indicateurs liés à l'emploi. Le projet sur les compétences en milieu de travail Fondations ajoute des preuves rigoureuses sur les avantages de la formation en compétences essentielles pertinentes au travail pour les chercheurs d'emploi.

Lire le rapport sur la mise en œuvre et les impacts à 12 semaines (en anglais seulement).

Lire le rapport sur les impacts à 12 mois (en anglais seulement).

La rémunération selon la performance peut-elle améliorer les services d’emploi?

Les modèles de rémunération selon la performance récompensent les fournisseurs de services d'emploi et de formation au moins en partie sur les étapes franchies et les résultats du programme plutôt que simplement sur le nombre de personnes inscrites au programme. L'évaluation de la SRSA du projet de démonstration Pay for Success (Payer selon le succès) indique que de tels modèles de programmes sont réalisables et peuvent apporter une valeur ajoutée aux participants du programme, aux organismes de développement de la main-d'œuvre et aux organismes de financement. L'étude a révélé que l’atteinte de tels résultats exige des investissements importants dans la consultation, la planification, la formation, le suivi et les ajustements continus des programmes.

Le projet Pay for Success était un partenariat entre Workplace Education Manitoba (WEM), la SRSA et les provinces du Manitoba et de la Nouvelle-Écosse, financé dans le cadre de l'initiative d'innovation sociale d'Emploi et Développement social Canada. Trois organismes de formation liés à l'emploi, offrant un développement de compétences à une gamme de groupes cibles, ont été recrutés pour participer au projet. Alors que Pay for Success était adapté aux circonstances particulières de chaque organisation, chaque mise en œuvre comprenait des incitatifs pour atteindre les étapes du programme, obtenir des résultats pour les participants et apporter des innovations dans les services.

Dans l'ensemble, le programme a conduit à une approche plus approfondie et plus adaptée à la prestation de services parmi les organisations impliquées dans le projet pilote. La structure d'incitatifs les a aidées à voir la prestation de services comme un chemin menant à une planification plus complète des programmes, à un engagement plus profond avec les employeurs et à une gamme plus complète de soutiens pour aider les chercheurs d'emploi à atteindre leurs objectifs de formation.

L'étude a révélé des résultats comme les scores de compétences et les indicateurs d'employabilité améliorés pour les participants. Cependant, il n'était pas possible d'attribuer directement ces résultats au modèle de rémunération selon la performance en raison d’autres innovations dans les services apportées au cours du projet pilote.

Une série de recommandations vise à sensibiliser les organismes de financement et l'organisme de prestation de services aux conditions, aux ressources et aux appuis requis pour la mise en œuvre élargie des principes de rémunération selon la performance dans la communauté de développement de la main-d'œuvre.

Lire le rapport (en anglais seulement).

Visez la réussite pour les jeunes défavorisés

Développé en tant que partenariat entre les Clubs Garçons et Filles du Canada et Rogers Communications, Visez la réussite vise à promouvoir l'engagement scolaire chez les jeunes et à augmenter leur taux d'achèvement des études secondaires et leur participation à l'enseignement postsecondaire. L'évaluation par la SRSA du développement et des résultats du programme a soutenu les efforts visant à surmonter le défi de mettre en œuvre un programme national dans un court laps de temps et à maximiser ses avantages pour les jeunes participants.

Visez la réussite a été conçu pour offrir aux jeunes à risque d’abandonner le secondaire un soutien scolaire, des possibilités d'apprentissage fondées sur la technologie, l'exploration et la découverte de carrières, le mentorat et des relations positives et de soutien.

Les partenaires ont apporté différentes forces au projet. Les Clubs Garçons et Filles du Canada et les Clubs participants ont de l'expérience et de l'expertise dans la conception et la prestation de programmes de soutien scolaire, en engageant les enfants dans les activités du club et en les soutenant par des relations positives. Rogers a fourni le financement et une expertise technologique.

Tout au long de la mise en œuvre du programme dans 37 Clubs, Visez la réussite a évolué, passant d'un ensemble de soutiens assez étroitement réglementés pour une population cible particulière à un programme plus vaste offrant une gamme de soutiens disponibles pouvant être personnalisés selon les besoins des participants. Néanmoins, l'évaluation a souligné l'importance du mentorat individuel et du développement des compétences en tant qu'éléments essentiels du programme.

Bien que l'évaluation n'ait pas été conçue pour fournir des mesures rigoureuses d'impact sur le programme, elle a fourni des preuves solides que le programme était particulièrement bénéfique pour le groupe cible clé de jeunes à risque.

Lire le rapport (en anglais seulement).

Nouveaux projets

Évaluation des programmes d'aide financière aux étudiants pour les apprenants autochtones

La SRSA entreprend une évaluation pour formuler des recommandations sur l'amélioration de l'accès à l'éducation postsecondaire pour les apprenants autochtones. Parmi les questions clés, on peut citer : est-ce que les étudiants des Premières Nations et des Inuits admissibles au Programme d'aide aux étudiants de niveau postsecondaire (PAENP) qui sont refusés pour le PAENP sollicitent une aide financière aux étudiants provinciale et fédérale; si ces apprenants sont plus susceptibles d'abandonner ou de retarder leurs plans d'études postsecondaires; si les apprenants autochtones sont plus réfractaires à l'endettement que les apprenants non autochtones; si certains groupes sont plus susceptibles de demander et de recevoir de l'aide; si les apprenants autochtones qui reçoivent de l'aide sont plus susceptibles de se trouver en défaut de remboursement de prêts et, dans l'affirmative, quelles en sont les raisons.

On répond à ces questions en combinant trois activités de recherche et d'évaluation : l'examen des données de recherche existantes sur les obstacles financiers des apprenants à l'accès à l'éducation postsecondaire et sur les sources d'aide financière disponibles, ainsi que sur l'aversion à la dette; l'analyse des dossiers administratifs sur les demandeurs et les bénéficiaires de l'aide fédérale et provinciale; et la collecte de données primaires auprès des Autochtones. Le projet se terminera par des recommandations aux gouvernements fédéral et provinciaux afin d'améliorer l'accès aux études postsecondaires pour les apprenants autochtones, y compris une analyse d'impact des changements proposés au programme.

Encourager le recrutement et le maintien en poste des bénévoles

L'étude explore les motivations et les contraintes auxquelles sont confrontés les pompiers volontaires dans le but de soutenir le développement d'un ensemble amélioré de pratiques de recrutement et de rétention, en particulier dans les collectivités rurales. Le projet est un partenariat avec la Direction du développement communautaire et des partenariats de lutte contre l'itinérance d'Emploi et Développement social Canada, financé par le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité. Le projet vise à accroître les stratégies et messages de sensibilisation existants afin de mieux harmoniser les motivations et les contraintes des bénévoles par l'entremise de multiples méthodes, y compris des analyses comportementales. La faisabilité du nouveau modèle sera testée à l'aide d'un pilote à petite échelle.

Proposition sur la valeur du portail des patients

La SRSA travaille avec Inforoute Santé du Canada afin d'évaluer la valeur et l'impact de l'accès des Canadiens et des Canadiennes aux dossiers de santé personnels (DSP) en ligne, en termes d'accessibilité, de qualité et de productivité dans les soins de santé. Dans le cadre de cette étude, la SRSA achève une analyse documentaire ciblée et une synthèse des données probantes axées sur la valeur, pour les Canadiens et les Canadiennes, de pouvoir accéder à leurs informations de santé en ligne. Ce travail appuiera l'élaboration d'un modèle quantitatif estimant la valeur de cet accès pour les citoyens et les intervenants du système de santé. La SRSA aidera également à identifier les facteurs de réussite critiques qui maximisent les avantages de l'accès aux DSP en ligne. Les principaux auditoires de ce projet comprennent les ministères fédéraux, provinciaux et territoriaux de la santé, les organismes de systèmes de santé et les responsables de la santé numérique.

Nouvelles de la SRSA

Les dernières nouvelles du Centre d’excellence en matière d’emploi de la Colombie-Britannique

L'équipe du Centre est heureuse de partager le rapport annuel 2016-2017 du Centre d’excellence en matière d’emploi de la Colombie-Britannique. Cliquez ici pour le voir en entier.

Le rapport de cette année résume la cinquième année d'exploitation du Centre. Depuis son lancement en 2012, le Centre a soutenu la formation et le renforcement des capacités pour les prestataires de services et les praticiens du développement de carrière en Colombie-Britannique. Dans cette courte période, le Centre et ses partenaires ont établi une approche institutionnelle prometteuse pour favoriser et soutenir les connaissances et l'innovation – un modèle qui a été adopté et adapté dans trois autres provinces.

L'accord de financement du ministère du Développement social et de la Réduction de la pauvreté pour soutenir les activités de base du Centre a pris fin le 31 mai. Cependant, le site Web du Centre et ses informations et ressources continueront d'être disponibles pour soutenir le secteur de l'emploi en Colombie-Britannique. Au cours des prochains mois, l'équipe du Centre cherchera des moyens de maintenir le site Web actif et une partie de son contenu de base à jour pour ses 2 500 visiteurs mensuels.

Le Centre demeurera actif dans les projets de recherche et d'innovation, à la fois avec des projets en cours et la recherche de partenariats avec des partenaires communautaires, des employeurs et d'autres personnes pour trouver des solutions innovantes aux problèmes du monde réel. Les projets en cours comprennent:

  • Projet pilote du navigateur d'emploi avec Lookout Emergency Aid Society et Open Door Group;
  • Projet pilote d’entreprises sociales pour les jeunes avec le Conseil de planification sociale communautaire du Grand Victoria;
  • Calculatrice de revenu de la C.-B. avec Disability Alliance of BC, Turn2Us et Back in Motion / Avia Employment Services;
  • Biz Hub avec plusieurs sites pilotes dans les centres WorkBC;
  • Partenaires de la C.-B. pour l’innovation en matière de main-d’œuvre avec le Comité d'action pour l'emploi (comprenant Community Living BC, Open Door Group, Neil Squire Society, Burnaby Association for Community Inclusion, Flaherty and Associates et MacLeod Silver HR Business Partners), 20 employeurs/partenaires de l'industrie et environ 25 partenaires de prestation de services; et
  • Évaluation des micro-certifications pour les apprenants adultes (Decoda Literacy Solutions).

Pour plus d'informations sur ces projets, consultez la section Recherche et innovation du site Web du Centre.

Nouveaux chercheurs aux bureaux de la SRSA d’Ottawa et de Vancouver

La SRSA est heureuse d'accueillir Caroline Babin et Sophie-Claire Valiquette-Tessier au bureau d'Ottawa et Michael Hewlett au bureau de Vancouver.

Caroline Babin apporte une expertise académique pluridisciplinaire en sciences sociales et une expérience professionnelle considérable à son rôle d'associée de recherche à la SRSA. Caroline a travaillé à l'Institut national de santé publique du Québec, à l'Agence de la santé publique du Canada et à l'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé. Ses intérêts professionnels comprennent la santé et le bien-être des populations vulnérables, ainsi que les questions d'égalité et d'équité. Caroline applique son expertise aux projets de santé et d'éducation à la SRSA. Elle détient un baccalauréat en travail social de l'Université Laval et une maîtrise en sexologie (recherche-intervention) de l'Université du Québec à Montréal. Elle a également complété des études doctorales en santé de la population à l'Université d'Ottawa.

Sophie-Claire Valiquette-Tessier, candidate au doctorat en psychologie expérimentale à l'Université d'Ottawa, a récemment rejoint la SRSA en tant qu’agente de recherche. Mme Valiquette-Tessier a de l'expérience dans l’utilisation de méthodologies quantitatives et qualitatives dans les évaluations couvrant les organisations gouvernementales, privées et communautaires. Elle a mené des projets d'évaluation et de recherche explorant des questions telles que la parentalité, les études universitaires et l'immigration.

Michael Hewlett arrive à la SRSA avec une expérience en matière d'évaluations d'impact, de processus et d'évaluations économiques. Plus récemment, Michael a fourni des services d'évaluation aux projets de Winnipeg destinés aux étudiants à faible revenu, aux lycéens et aux réfugiés. M. Hewlett est titulaire d'un baccalauréat spécialisé en arts et sciences de l'Université McMaster et d’une maîtrise de sciences en évaluation des politiques et initiatives sociales fondée sur des données probantes de l'Université d'Oxford. En tant que diplômé, Michael a cofondé le McMaster Social Innovation Lab : une start-up de 45 membres qui aide les élèves à développer des initiatives en leur enseignant la conception, les guidant pour appliquer leurs compétences universitaires aux problèmes sociaux et à l'engagement des intervenants clés. Michael va d'abord travailler sur des projets dans le secteur des services d'emploi et de l'éducation.

Félicitations à notre collègue Basia Pakula!

Tous les employés de la SRSA aimeraient féliciter notre collègue Basia Pakula, qui vient de terminer son doctorat en santé publique et en santé de la population, avec concentration en épidémiologie, à l'Université de la Colombie-Britannique. La dissertation de la Dre Pakula fournit les premières estimations nationales des troubles de santé mentale chez les Canadiennes et Canadiens gais, lesbiennes, bisexuels et hétérosexuels. Son analyse révèle que les minorités sexuelles font face à un fardeau disproportionné en santé mentale, lié au stress et à l'isolement social. Ses recherches éclaireront les politiques visant à éliminer les disparités en santé mentale.